Les raisons pour lesquelles il vaut mieux préférer l’aiguille au pistolet :

La stérilisation

Le pistolet est impossible à stériliser c’est un fait et il ne faut pas confondre stériliser et nettoyer. La stérilisation comprend une phase de décontamination (trempage), une phase de nettoyage mécanique, une phase de nettoyage ultrason, la mise sous sachet et la stérilisation. La stérilisation est le seul protocole qui garantie l’élimination des virus et bactéries.

Les virus de l’hépatite et du VIH ne sont pas détruits par un simple nettoyage à l’alcool (qui n’est pas virucide) et peuvent donc être transmis d’un client à l’autre par simple contact de l’appareil souillé. Le risque de transmission est donc existant.

Une action violente et imprécise

Le principe du pistolet est relativement méconnu. C’est un peu le même principe qu’une agrafeuse : le bijou (appelé à tort “prothèse”) est poussé et entre en force, déchire la chair en créant des lésions parfois importantes dans les tissus, notamment les tissus cartilagineux (haut de l’oreille) ou musculaires (narine).

La réalisation est en plus imprécise, donnant des piercings asymétriques et souvent mal placés. L’aiguille hypodermique du perceur, même si elle est plus impressionnante, passe en douceur en faisant un trou propre permettant au corps de cicatriser beaucoup plus facilement. Et contrairement à la croyance populaire, cela n’est en aucun cas plus douloureux.

Une absence d’accompagnement

Les piercings au pistolet sont souvent pratiqués par des gens dont le métier n’est pas le piercing mais la vente de bijoux. Les conseils de soins sont erronés ou fantaisistes quand ils ne sont pas tout bonnement inexistants.

Aucun suivi, pas de réponses en cas de problèmes, et un manque de connaissance en matière d’hygiène et de physiologie : ils ne prennent pas conscience des risques qu’ils font prendre à leurs clients.